Mercredi 6 octobre 2010 3 06 /10 /Oct /2010 06:00

21 01… Décidément, dans les salons feutrés de Glendale House, les réunions du club du jeudi ont beau se suivre, chaque mois apporte son lot d’imprévus. Il est vrai que Lady Alexandra n’a pas son pareil pour créer l’événement. Il suffit de se reposer sur ses talents d’improvisatrice. Elle excelle dans l’art de tenir son public en haleine. Il y a peu, l’épisode du French Cancan et le concours de la meilleure suceuse ont reçu une véritable ovation. Ses amies en ont encore le rouge aux joues. De plaisir ou de confusion. Béatrice ressert le champagne. Les flûtes pétillent. Comme les yeux. Coupes de fraises Wimbledon. Le bout des langues titille les volutes blanches Chantilly. Les lèvres se referment avec gourmandise sur les fruits rouge vermeil.

Avant de se séparer, il reste à ces dames à se répartir les gagnants. Un exercice inspiré de l’antique marché aux esclaves, qui ne devrait pas en l’espèce soulever de difficultés. Car la sélection s’est révélée excellente. Il suffit simplement de se mettre d’accord. Des préférences se font jour ici ou là. Il importe de ne mécontenter personne. La maîtresse de maison intervient avec tact pour arrondir21 02 les angles et proposer des compromis. Les arbitrages une fois prononcés, il ne restera plus à Béatrice qu’à reconduire ces messieurs dans l’antichambre attenante. Ceux-ci, après s’être rhabillés, patienteront à l’arrière de la limousine de leurs maîtresses avant d’être conduits, au beau milieu de la nuit, dans quelque gentilhommière du voisinage. A partir de demain, débutera leur dressage. Ils ne se doutent encore de rien.

C’est finalement Agnès qui a été désignée pour recevoir Vincent. Elle ne s’en plaint pas. Au 21 03contraire. Le jeune homme est vigoureux et bien membré. Elle le sent gonflé d’énergie et de tempérament. Un peu trop peut-être. Il va falloir l’amener progressivement à résipiscence. L’obliger à se comporter avec humilité, à obéir et à n’avoir plus qu’une seule obsession en tête : satisfaire les moindres exigences de sa maîtresse.

La partie est loin d’être gagnée. Agnès n’en est pas vraiment consciente. Mais Lady Alexandra est justement là pour lui donner quelques conseils. Car en matière de dressage, c’est au début du processus que s’articule la phase la plus délicate, celle où il est primordial d’inculquer d’emblée les bonnes habitudes.

- Vous devez impérativement lui fixer des règles très strictes dès le départ et vous y tenir. C’est moins ce que vous lui demanderez de faire que la façon dont il le fera qui revêt de l’importance. En un mot, quoi qu’il fasse, où qu’il soit, il faut que sa soumission vous soit21 04 totale.

- Mais je ne vais tout de même pas passer mes journées à le surveiller !

- Naturellement, c’est inutile et je ne vous demande pas non plus de le faire, il vous suffit seulement de le tenir sous votre domination, à distance.

- A distance ?

- Oui, à distance, en lui interdisant de prendre du 21 05plaisir durant tout le temps que durera son séjour chez vous, sauf dans les cas exceptionnels où vous l’y autoriserez. Pour arriver à cette fin, il existe une solution très efficace : la pose d’une cage de chasteté.

- Je connaissais déjà les ceintures mais les cages ?

- Ce sont deux accessoires qui se ressemblent mais, contrairement à la ceinture dont l’objectif est de faire obstacle au viol, la cage a pour but de « protéger » le porteur contre ses propres envies...

- Sans aucune arrière-pensée érotique ?

- Si, bien sûr ! La cage de chasteté joue pleinement un double jeu. Le choix de l’abstinence, l’assurance de la fidélité, représentent les raisons apparentes, et la stimulation du désir l’effet secondaire.

- Et c’est compliqué à poser ?

- Pas du tout, je vais vous montrer, vous allez tout de suite21 06 comprendre !

Joignant le geste à la parole, Lady Alexandra se dirige vers la commode de son salon où elle range les instruments de soumission dont elle se sert habituellement. Un tiroir entier est réservé aux cages de chasteté.

- Une cage de chasteté est un dispositif utilisé pour emprisonner le pénis et parfois les testicules, 21 07rendant impossible l'érection, la pénétration et la masturbation. Les boutiques spécialisées proposent de nombreux modèles, plus ou moins efficaces et adaptés à la morphologie masculine. Ils peuvent être en cuir, en bois ou en métal, mais aussi en plastique ou en silicone. Avant de vous décider, je ne saurais trop vous conseiller de faire un essai. Choisissez-en quelques-uns dans ma collection, vous pourrez établir des comparaisons et me dire, en fin de compte, quel est celui qui donne les meilleurs résultats.

- Merci beaucoup mais le sujet est totalement nouveau pour moi. Le mieux serait plutôt que vous me fassiez bénéficier de votre expérience.

- Eh bien, commençons déjà par la forme. Regardez, la plupart suivent la courbure naturelle du pénis, notamment celui-ci, en inox, dirigé vers l’entrejambe.

- On dirait un robinet !

- Tout à fait ! Avec ce genre d’engin, je peux vous assurer que les21 08 érections de ces messieurs sont extrêmement douloureuses voire impossibles. Mais d’autres modèles sont conçus différemment, celui-là par exemple, appelé « Porte de l’enfer », les oblige à garder leur membre à l’horizontale, ce qui est beaucoup plus excitant pour nous mais nettement plus gênant pour eux !

- Existe-t-il des modèles plus contraignants que d’autres ?

- Oui, bien sûr, les métalliques en particulier mais 21 09les modèles plus souples peuvent être aussi équipés de certains raffinements. Ce modèle « mini » par exemple, comprime le membre dans un espace très réduit de telle sorte que la douleur devient vite insupportable lorsque le petit oiseau cherche à prendre son envol.

- Et cet autre, là-bas ?

- Observez-le attentivement, il est doté de pointes en acier tournées vers l’intérieur, prêtes à s’enfoncer dans la verge de monsieur à la moindre tentative d'érection. On les appelle des "pointes de discipline". Extrêmement efficaces pour conditionner un homme à maîtriser ses pulsions. Je connais des femmes qui y recourent à titre de punition ou comme moyen de coercition afin d'obtenir une meilleure obéissance.

- En somme, pas d'orgasme grâce à la cage, ni même d'excitation grâce aux pointes !

- Tout à fait ! Vous aurez également remarqué que plusieurs modèles sont équipés d’un anneau à leur extrémité. On peut ainsi y attacher une laisse pour tirer son esclave derrière soi.  

- Comme un petit toutou !

- D’autres modèles encore sont complétés par des poids pour étirer21 10 les testicules.

- La double peine !

- Oui ! Effet garanti ! Monsieur n’a plus qu’à bien se tenir !

- Et pour la matière, vous recommandez quoi ?

- Personnellement, j’accorde beaucoup d’importance à la propreté, à la sécurité et au confort. Les anciens modèles étaient le plus souvent compliqués à laver et à poser. Les cages en plastique sont fragiles, elles peuvent provoquer 21 11des blessures si elles viennent à se casser et leur système de fermeture est souvent douloureux après plusieurs heures d’utilisation.

- Le métal ?

- Il est inviolable mais lourd et encombrant…

- … et son aspect moyenâgeux peut ne pas plaire à tout le monde.

- Exactement ! Encore que dans cette catégorie, on puisse trouver le pire et le meilleur. Regardez cette superbe cage à oiseaux en acier inoxydable.

- Elle porte bien son nom !

- Oui ! Les connaisseurs la nomment "La Prison de Morgane". Pour ma part, c’est surtout son côté exhib’ que j’apprécie. Monsieur se retrouve contre son gré dans la situation où il ne peut rien cacher de ses attributs, bien visibles à travers les barreaux, surtout si vous avez pris le soin de l'épiler intégralement au préalable. Succès assuré quand vous le présenterez à vos amies, vous savez, dans ces soirées spéciales où les hommes sont nus et les femmes restent habillées !

- Clothed Female Naked Male !

- Vous en savez des choses ! J'aime beaucoup la cage en silicone qui21 12 cumule un certain nombre d’avantages : solidité, maintien parfait, discrétion sous les vêtements, facilité d’emploi, confort, hygiène, sécurité totale…  

- Totale ?

- Oui, l’anneau qui enserre les testicules est ajusté au plus serré au moyen d’une lanière dotée d’un rivet. Le tout est bloqué par un petit cadenas inoxydable dont il est vivement recommandé de 21 13garder la clé sur soi. Personnellement, je la porte en permanence autour du cou. C’est plus sûr et puis la clé symbolise aussi le pouvoir que j’ai désormais sur mon partenaire.

- Ce serait donc ça la solution idéale ?

- A mon sens, oui, en tout cas celle que j’ai testée avec succès sur plusieurs de mes esclaves. La cage se place facilement, ne nécessite aucun assemblage préalable et ne provoque aucune irritation. Elle permet d’aller aux toilettes et de prendre sa douche sans avoir besoin de l’enlever. Elle ne se déforme pas lors de l’érection. Une fois posée, il devient impossible de retirer le pénis. Le tour est joué ! Vous pouvez alors conserver l’esprit libre et laisser monsieur vaquer à ses occupations.

- Vous voulez dire qu’il est recommandé de lui faire porter sa cage en permanence sans jamais la lui enlever ?

- En permanence, peut-être pas, car j’imagine que vous saurez le dresser pour qu’il vous apporte du plaisir lorsque bon vous21 14 semblera, mais rien ne s’oppose, en effet, à un port prolongé. La cage comporte d’ailleurs des trous d’aération qui assurent un bon système de ventilation pour permettre à la peau de respirer. Ce point est important car au début, les esclaves invoquent toutes sortes de faux prétextes pour qu’on la leur enlève, par exemple pour pouvoir dormir sur le ventre ou pour se laver. Soyez très vigilante. Il ne faut 21 15surtout pas céder.

- Comment jugez-vous les résultats ?

- Spectaculaires ! Il n’y a pas de meilleur instrument que la cage de chasteté pour arriver à contrôler sexuellement son partenaire.

- Mais encore ?

- Eh bien, après une période d’adaptation dont la longueur varie selon les individus - les premiers jours sont les plus difficiles -, vous constaterez un changement dans sa conduite. D’agressif, il va devenir aimable et attentionné. Oh bien sûr, ne vous attendez pas à des progrès fulgurants. Le processus est lent et progressif. Il faut d’abord qu’il prenne conscience de ce qu’il lui arrive et des privations qui en découlent. Cela doit ensuite l’amener à modifier son comportement et à accepter de perdre le contrôle de lui-même21 16 jusqu’à se soumettre totalement à vos moindres désirs. Une évolution, une révolution, oserais-je dire…

- En général très difficile à admettre pour un homme !

- Oui, mais avec le temps, vous observerez que monsieur, au lieu de se résigner, se complaira dans cet état. D’abord parce qu’il prendra goût à la sensation de f21 17rustration et d’excitation que vous aurez fait naître. Ensuite, parce qu’il aura compris qu’il vous fait plaisir en portant sa cage. Un plaisir proche de l’obsession. Tout lui sera bon pour vous être agréable. Sa soumission ne sera pas vécue comme dégradante mais comme un cadeau qu’il vous offrira.

- Je pensais que la cage ne présentait, si j’ose dire, que des avantages négatifs liés à sa fonction de prévention de l’infidélité… et de la masturbation.

- Non, cela va bien au-delà, les femmes y trouvent de leur côté de nombreux avantages. Et pas uniquement en termes de tranquillité d’esprit. D’un point de vue féminin, c’est peut-être un peu pervers de le dire, mais le « dosage » de la sexualité de l’homme, qui peut aller jusqu’au déni d’orgasme, est tout à fait jouissif. Un nouveau rapport de domination s’installe, inversé, entraînant une situation totalement inhabituelle et inégalitaire au profit de la femme. C’est désormais son rythme biologique qui va dicter le cours des événements, ce qui implique que c’est elle qui décidera de la fréquence et de la façon dont se dérouleront les rapports. Quand vous voulez et comme vous voulez ! Vous allez vite prendre goût à ce nouveau pouvoir !

- Sans doute, mais d’un autre côté, une bonne grosse queue de temps en temps fait toujours plaisir ! 21 18 

- Et vous n’excluez donc pas d’ouvrir la cage afin de laisser le petit oiseau s’envoler !

- Vous m’avez parfaitement comprise !  

- Rien de plus facile ! Juste un tour de clé et je peux vous assurer que vous ne le regretterez pas ! Imaginez la scène. Voilà trois semaines voire davantage que vous tenez monsieur en respect. Ses nuits sont devenues des cauchemars. Sa verge est douloureusement comprimée. Sans qu'il puisse s'en défendre, même ses érections matinales sont impitoyablement sanctionnées.

- Bien fait !

- Se caresser lui est devenu impossible. Il n’en peut plus. Il se traîne à vos pieds. Il vous supplie. Sa tension est à son comble. A une période d’abstinence forcée va soudainement succéder une br21 19utale explosion. Un feu d’artifice. La cage donne des envies inimaginables, elle décuple les sensations et les sentiments amoureux. Vous serez la première à bénéficier de ses effets à retardement !

- Des nuits de folie en perspective !

- Assurément, mais au-delà de la simple obéissance, la cage vous permettra aussi de lui imposer des comportements plus spécifiques. Les femmes se plaignent souvent du manque de prévenance et d’attention de la part des hommes. Vous disposez là d’une occasion unique de réapprendre à votre soumis les bases d’une éducation à l’ancienne qu’il n'aurait jamais dû oublier.  

Plongée dans ses pensées sur la meilleure façon de mettre en œuvre les conseils qu’elle vient de recevoir, Agnès hésite et finit par choisir plusieurs modèles. Lady Alexandra sourit en constatant son trouble tandis qu’elle raccompagne son amie dans le petit salon.

- Pour être tout à fait complète, Agnès, il faut que je vous dise que dans certains cas, la cage ne suffit pas.

- Mais vous venez de me dire à l’instant que c’était l’instrument le plus effic21 20ace qui existait !

- C’est vrai mais le port de la cage rencontre des limites. Au bout d’un certain temps, des « accidents nocturnes » peuvent se produire.

- La nature reprend ses droits !

- Oui, et il faut donc remédier à la situation. Et même sans cela, dans le but d’exercer un contrôle total sur votre partenaire, vous jugerez qu’il est nécessaire de le « vider » régulièrement afin de l’amener au fur et à mesure à un état de dépendance absolue. A l’image d’un animal dressé qui finit par obéir mécaniquement aux ordres qu’on lui donne.

- Mais en le « vidant », on prend le risque, au contraire, de l’exciter, non ?

- C’est bien là 21 21le problème ! Cela demande du savoir-faire. Il faut surtout adopter la bonne méthode. Avez-vous entendu parler du « milking » ?

- Non, jamais.  

- Eh bien, tant mieux ! Car il y a milking et milking. Il ne faut pas confondre. Le milking dont je veux parler consiste à masser son esclave jusqu’à ce qu’il éjacule mais sans pour autant lui faire éprouver un quelconque plaisir. L’éjaculation sans orgasme, c’est là la subtilité et le côté pervers de cette technique.

- Et comment fait-on ?

- Je vais vous l’expliquer dans un instant mais auparavant, laissez-moi vous dire deux mots d’une glande exclusivement masculine et trop souvent négligée que l’on appelle la prostate. Outre le fait qu’elle est indispensable à l’érection, elle a entres autres fonctions principales de créer le fluide séminal qui se mélangera au sperme afin de l’évacuer au moment de l’éjaculation. Avec un massage régulier de la prostate, un mâle peut être privé d'orgasme durant un temps relativement long sans effet néfaste pour sa santé à condition que le massage soit effectué sans brutalité.

- Et ce massage remplace la cage ?

- Non, il la complète. 21 22 

- Donnez-moi vite des détails !

- Il y a d’abord un certain nombre de conditions à réunir. Il faut disposer d’un peu de temps devant soi. Le milking n’est pas une course de vitesse mais une épreuve de fond. Il faut aussi créer un environnement favorable : du calme, un peu de pénombre, aucun bruit extérieur, un bandeau que vous poserez sur les yeux de votre partenaire… surtout, ne rien faire, ne rien tenter qui serait de nature à l’exciter.

- Pas de masturbation ?

- Surtout pas ! L’objectif, à ce stade, est de le priver de toute source d’excitation sensorielle. Votre attitude doi21 23t au contraire lui inspirer le sentiment que l’acte auquel vous allez vous livrer est nécessaire, inéluctable, comme s’il était de l’ordre de la routine…

- Ou de la prescription médicale !

- Tout à fait ! Plusieurs positions sont possibles. Allongée sur le dos ou à quatre pattes. Mais il doit toujours rester encagé. La séance de massage pourra alors commencer. Il faut prévoir de 10 à 40 minutes.

- Donc, si je comprends bien, tout se passe par-derrière ?

- Oui et progressivement ! Vous commencerez par échauffer son anus en massant du bout des doigts les terminaisons nerveuses situées au niveau du périnée. Un mouvement circulaire à la fois souple et ferme à cet endroit sera de nature à stimuler la prostate à l’intérieur. Un début de contraction de ses sphincters vous indiquera qu’il est prêt pour l’étape suivante. Vous pouvez alors masser directement son anus toujours d’un mouvement régulier et commencer à insérer délicatement votre doigt. A cet instant précis, il n’est pas anormal que vous sentiez une légère crispation de sa part mais de courte durée, suivie en sens inverse d’un mouvement de détente. Il vous faut alors continuer et engager résolument votre index à l’i21 24ntérieur jusqu’à toucher cette forme arrondie de la taille d’une noix située vers l’avant du corps.

- Nous y voilà !

- Nous y voilà, en effet, vous avez deviné, c’est la fameuse prostate ! Commencez par la titiller du bout de votre doigt recourbé, comme si vous lui faisiez signe de venir vers vous. Et continuez en la massant fermement et lentement. Cela peut provoquer chez votre partenaire une envie d’uriner. Une envie seulement, je vous rassure. Continuez toujours comme si de rien n’était. Ne 21 255relâchez pas votre mouvement. Prenez votre temps. Le massage va finir par forcer le fluide séminal et le sperme à passer les valves du conduit d’éjaculation et par vider la prostate. Pas d’orgasme. Pas de spasmes du pénis. A la place, un long écoulement tranquille que vous accompagnerez jusqu’à ce qu’il se tarisse naturellement.

- Mission accomplie !

- Oui, Monsieur aura été vidé en bonne et due forme sans qu’il n’y prenne aucun plaisir ni même presque qu’il ne s’en rende compte !

- Excellent !

- A ceci près que pour être efficace, le traitement doit être pratiqué à intervalles réguliers.

- C'est-à-dire ?

- La durée entre deux traites s’évalue avec l’expérience, en calculant pendant combien de temps votre partenaire est capable de ne pas jouir durant son sommeil. Pour un mâle encagé, cela peut varier de quelques semaines à trois mois environ.

- J’ai hâte de passer à la pratique !

Et moi d'écouter le compte rendu détaillé de vos débuts ! 

 

Par Béatrice - Publié dans : Chasteté - Communauté : plaisirs SM
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : Béatrice ou l'éducation d'une jeune soubrette
  • : Quelques épisodes marquants de la vie de Béatrice, jeune soubrette débutante, au service de Lady Alexandra, son implacable maîtresse.
  • :
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 05/02/2009

Résumé et sommaire des épisodes

Images Aléatoires

Recherche

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Derniers Commentaires

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés