Sommaire

Lady Alexandra Ashley est une jeune veuve très riche, superbe et hyper élégante, blonde, avec des yeux verts magnifiques. Son mari, Lord Ashley, chirurgien renommé, est décédé il y a quelques années dans un accident d’avion en revenant de Johannesburg où il participait à un Congrès. La fortune qu’il lui a laissée lui permet de continuer à mener une vie agréable, partagée entre sa demeure victorienne de Kensington Palace Garden à Londres, son pied-à-terre de deux cent cinquante mètres carrés à Paris, avenue Charles-Floquet, surplombant les pelouses du Champ-de-Mars, et son haras de pur-sang près de Livarot dans le Calvados. Mais pour l’essentiel, c’est au fond du Devon, en pleine campagne anglaise, qu’elle vit retirée dans le somptueux manoir de Glendale. Sa vie privée reste très discrète. On lui prête de nombreux amants. Elle a le sens de la fête, donne des dîners fastueux et reçoit toujours avec éclat.

Son personnel domestique est soumis à une discipline de fer. Il se compose d’un maître d’hôtel (George), d’une cuisinière (Louise), d’un jardinier (Andrew) et d’un chauffeur (James). Deux femmes de chambre, Blandine et Émilie, sont également à sa disposition. Après de nombreuses années de bons et loyaux services, Émilie est sur le point de se retirer. Il est donc urgent de la remplacer.

01. Une jeune Française de dix-huit ans, Béatrice, répond à l’annonce parue dans le Times. Convoquée à Glendale, elle est prise à l’essai. 

02. Béatrice revêt immédiatement sa nouvelle tenue. Sa maîtresse l’avertit solennellement qu’elle ne tolérera pas le moindre laisser-aller dans sa présentation.

03. Au cours d’une séance d’essayage, la soubrette enfile un corset noir qui épouse à merveille les formes de son corps pour les mettre en valeur.

04. Toutefois, la jeune domestique éprouve les pires difficultés à marcher avec élégance, en faisant des petits pas. Ses débuts sont catastrophiques…

05. … mais une fessée magistrale a tôt fait de la remettre dans le droit chemin.

06. Progressivement, les automatismes s’installent et un léger progrès semble se dessiner, à la grande satisfaction de Lady Alexandra.

07. En revanche, les tâches ménagères sont le cadet des soucis de Béatrice. Excédée, sa maîtresse doit recourir au martinet.

08. Pour sa première apparition en public, la soubrette sait d’emblée se montrer à son avantage mais manquant encore d’expérience, elle finit par perdre ses moyens.

09. Lady Alexandra accueille son neveu William à Glendale pour les vacances d’été et met son séjour à profit pour apprendre à sa domestique comment masturber un homme.

10. En l’absence de sa maîtresse, Béatrice se précipite dans sa salle de bains pour se maquiller. Le retour inopiné de Lady Alexandra vient contrarier ses plans.

11. La soubrette fait preuve d’une grande maîtrise dans l’art de la fellation, au point que Lady Alexandra se voit contrainte de lui interdire de s’entraîner sans son autorisation.

12. Elle manifeste également d’indéniables dispositions pour exprimer sa tendresse à une jeune femme invitée par sa maîtresse.

13. A l’issue d’un examen approfondi, Harry, l’essayeur de Lady Alexandra, la déclare bonne pour le service.

14. Jugée cependant un peu trop étroite, elle est soumise à des exercices quotidiens d’assouplissement, ligotée à un mât de Gwendoline.

15. Ce traitement tardant à produire des résultats tangibles, elle doit en plus porter en permanence un phallus au creux des reins.

16. Avant de retourner aux Antilles, Gisèle et Pierre s’arrêtent à Glendale afin de saluer leur amie Alexandra. Béatrice aide Blandine à servir l’apéritif.

17. Intrépide et curieuse, la soubrette part à l’aventure dans le parc du château où elle découvre un pavillon de chasse abandonné.

18. A l’issue d’une visite médicale approfondie, quelques mâles vigoureux sont sélectionnés par Béatrice à l’intention de Lady Alexandra et de ses amies.

19. Les candidats sont examinés par un jury de cinq femmes devant lesquelles ils doivent présenter leurs motivations.

20. Un certain nombre d’épreuves tirées au sort permettent d’évaluer leurs qualités physiques.

21. Lady Alexandra vante à ses amies les mérites d’un régime draconien (cage de chasteté et traite régulière) pour les pensionnaires qu’elles s’apprêtent à accueillir.

22. En faisant le ménage dans le salon, la jeune soubrette découvre une lettre sous un coussin. Elle l’apporte aussitôt à sa maîtresse.

23. Lady Alexandra convie l’ensemble du personnel de Glendale à un goûter en l’honneur des dix-neuf ans de Béatrice. Celle-ci reçoit de nombreux cadeaux qu’elle doit essayer sur-le-champ.

24. A l’issue d’une partie de chasse sur le domaine, Lady Alexandra retient ses invités à dîner. L’apéritif est servi dans le grand salon où la présence de Béatrice ne passe pas inaperçue.

25. La soirée se poursuit par un dîner dans l’immense salle à manger. Béatrice et Blandine assurent le service. La maîtresse de maison leur fait signe à plusieurs reprises de passer sous la table.

26. Les messieurs se retirent entre eux dans la salle de billard, très heureux de se retrouver seuls en compagnie de la jeune soubrette qui leur propose café, cigares et liqueurs.

27. Très tôt le lendemain matin, Béatrice est à nouveau de service pour le petit déjeuner. Plusieurs invités en profitent pour la retenir dans leur chambre.

28. Profitant de l’absence de Lady Alexandra pour quelques jours, George prend le commandement des opérations, au grand dam de Béatrice qui guette avec impatience le retour de sa maîtresse.

29. La jeune soubrette ne peut effacer de sa mémoire les années qu’elle a passées en Angleterre, à St Mary’s Hall, dans un pensionnat de jeunes filles tenu par des religieuses.

30. Au contact de professeurs très stricts sur le chapitre de la discipline, elle découvrit la rigueur de l’éducation anglaise et la sévérité des châtiments corporels.

31. Ses écarts de conduite répétés la conduisirent fréquemment dans le bureau de Mrs Whitfield, la surveillante générale.

32. Dans les cas les plus graves, elle dut même se rendre à la convocation de la terrifiante Mère Mary Beverly, supérieure de l’établissement.

33. Du sud de la France, où elle séjourne chez des amis de sa maîtresse, Béatrice envoie à Lady Alexandra une carte postale. Monsieur a des manies bizarres et la fait passer pour sa nièce.

34. Au Green Dragon, le pub du village voisin, Béatrice est contrainte à sucer tous les sexes qui se présentent dans des « trous de gloire » aménagés dans la cloison des toilettes.

35. Pour le réveillon du 31 décembre, Lady Alexandra est invitée à une soirée privée chez son amie la comtesse Irina. Elle y retrouve le cercle de ses amies venues avec leurs esclaves.

36. Irina convie Alexandra à une visite de ses écuries. Les « étalons » sont superbes. Béatrice profite de la situation pour offrir une petite gâterie à l’un d’entre eux.

37. De retour au château, Béatrice est autorisée à « aller jouer » dans les petits salons en compagnie d’Omar et d’Ali, les deux gardes du corps de la comtesse.

38. L’heure avançant, le château devient un gigantesque lupanar où les hommes n’ont pas d’autre choix que de se plier aux exigences des femmes.

39. Wladimir reçoit le fouet des mains expertes de Tania, l’assistante de la comtesse, tandis que dans le salon de musique, un redoutable trio s’occupe d’un certain Vincent.

40. Au cours de la scène finale, Béatrice, pieds et poings liés à une table basse, est livrée aux assauts des étalons d'Irina, qui se relaient pour lui faire subir les derniers outrages.

41. Parmi les invités inattendus des soirées données par Lady Alexandra, un nom se détache entre tous : celui de Max, dit « Grosse Pine ».

42. A l’une de ses amies qui sollicite ses conseils, Lady Alexandra vante les mérites de la fessée.

43. Bien plus qu’une simple punition, la fessée est un art à part entière.

44. Ce que Béatrice affectionne par-dessus tout, ce sont les gros câlins qui suivent les corrections de sa maîtresse.

45. Dans l’ambiance surchauffée d’un défilé de lingerie, Béatrice présente « Exciting », une mini culotte en tulle noir transparent.

46. A la suite d’une faute particulièrement grave, la soubrette est emmenée dans les caves du château et remise entre les mains d’Harry, le Prince des Ténèbres.

47. Sous la torture, elle lui avoue qu’elle adore se faire violenter par les invités de Madame.

48. Pour la punir, Harry la contraint à le sucer avant de lui faire subir le supplice du pilori pendant toute une nuit.

49. Deux vidéos inédites de Maîtresse Alexandra (par Christophe Mourthé).

50. Deux autres vidéos inédites de Maîtresse Alexandra (par Christophe Mourthé).

51. De retour dans le Luberon, un an après, pour quelques semaines de vacances chez des amis de Madame, Béatrice est prise en charge par sa « tante » Jacqueline.

52. Sur les conseils de sa maîtresse, la soubrette se résigne à aller se confesser au Père John Bartholomew Wilkinson (J.B.), attaché à la chapelle du château.

53. Elle prend un plaisir pervers à lui avouer toute une série de péchés plus ou moins imaginaires.

54. Naturellement, elle ne manque pas d’invoquer pour sa défense les ordres de Madame…

55. … ou la présence à ses côtés d’une bande d’obsédés prêts à tout pour abuser de ses charmes…

56. … parmi lesquels George, James et Max, occupent les tout premiers rangs.

57. Sur le point de la quitter, Béatrice remercie sa maîtresse pour les merveilleux moments qu’elle lui a fait partager.

58. La date du 9 juin 2008 marque la fin d’une vie et d’une histoire.

59. Quelques mots de conclusion.

60. « Béatrice » : le making-of.

Présentation

  • : Béatrice ou l'éducation d'une jeune soubrette
  • : Quelques épisodes marquants de la vie de Béatrice, jeune soubrette débutante, au service de Lady Alexandra, son implacable maîtresse.
  • :
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 05/02/2009

Résumé et sommaire des épisodes

Images Aléatoires

Recherche

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Derniers Commentaires

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés